par Sandy Garland, avec l’aide de Declan Hill, président du projet

De l’herbe tondue vers des plantes caractéristiques des prés et des zones humides

Selon Declan, ce projet a vu ses débuts parce que la communauté était « fatiguée des voitures envahissant le quartier » – un problème causé par une grande route à 8 voies (avenue Bronson) en bordure du quartier résidentiel calme.

Plutôt que de se plaindre, Declan a déclaré: « Nous voulions créer un beau mur d’arbres plein de vie qui aiderait notre communauté et donnerait de la beauté à notre ville. Nous souhaitons également créer un point de repère pour tous ceux qui arrivent à Ottawa depuis l’aéroport. »

Ces objectifs ont entamé une campagne à long terme visant à embellir la bande d’herbe d’environ 1200 mètres qui relie le pont Dunbar sur la rivière Rideau au pont Bronson sur le canal. Un an après ses débuts, le journal local a rapporté:

« Notre objectif est de redonner vie à la bande de gazon vert qui longe l’avenue Bronson. Nous travaillons sur ce projet afin protéger notre communauté contre le bruit, la visibilité intrusive et les émissions créées par les véhicules. En outre, nous voulons nous assurer que notre quartier devient de plus en plus beau, que les oiseaux et les animaux soient protégés et que l’histoire de notre région ne soit pas oubliée. Nous sommes un groupe de plus de 70 résidents du Vieil Ottawa-Sud. À ce jour, nous avons planté plus de 100 arbres à cet endroit avec l’appui du magasin DVD Tundra, de l’épicerie Old Ottawa South et de l’Association communautaire d’Ottawa-Sud. » [Declan Hill, OSCAR, juillet 2011]

En 2011, les scouts et les habitants du quartier se sont réunis pour planter des arbres avec l’aide de Noel Lomer

Depuis ses débuts, les habitants se sont rassemblés chaque année (ou presque) afin de remplir le secteur d’arbres de toutes sortes : des pommiers, des épicéas, des faux Acacias, et même des descendants d’un érable argenté de 140 ans d’importance historique (voir The Tree That Made Canada Is Coming To Old Ottawa South).

Le projet a rencontré des obstacles. En mars 2013, la ville a retenu une subvention qui aurait servi à payer les arbres de cette année (voir City stalls tree-planting project). De plus, les plans de « reconstruction de l’avenue Bronson » ont menacé l’ensemble du projet (Update on Bronson tree planting). Sur le sol, plusieurs plantes indésirables – notamment le cynanche et le nerprun – ont envahi certains endroits tout au long de la bande.

La tonte a été un problème : la ville a accidentellement coupé de nouvelles pousses. Compromis: la ville tond une bande d’herbe le long de la route, et les résidents mettent soigneusement en place des pieux près des nouvelles pousses pour s’assurer qu’elles soient clairement visibles. Photo par Sandy Garland.

À un certain moment, la ville a tondu 40 arbres nouvellement plantés et a refusé d’installer des poubelles sur les lieux. Les habitants ont cependant persisté et ont transformé ce qui était une « monoculture » d’herbe tondue entre la place Bronson et l’avenue Bronson en une oasis d’arbres et de fleurs, comprenant même une petite zone humide.

En 2014, les résidents ont organisé une cérémonie très émouvante, complémentée par des cornemuses, où ils ont planté deux des érables qui ont inspiré le drapeau et le symbole national du Canada.

Deux bénévoles se sont rendus à Toronto, à leurs propres frais, pour ramasser les arbres. Comme Declan le décrit: « Nous avons ensuite planté les arbres avec l’aide d’anciens combattants de l’Afghanistan, d’enfants et de politiciens fédéraux: le sénateur Vern White, Paul Dewar et Catherine McKenna. Les vétérans Lewis McKenzie, Michel Drapeau et Markus Besemann ont également prononcé des discours.

En 2017, le projet Pont-à-pont s’est associé au jardin écologique Fletcher et aux Partenaires des pollinisateurs sauvages, ces derniers ayant contribué au projet en fournissant des fleurs sauvages indigènes et des arbustes à fleurs, qui ont été plantés par des résidents de Vieil Ottawa-Sud en octobre. Noel Lomer, un fervent participant du projet depuis plusieurs années, a résumé la matinée plutôt humide par l’entremise d’un courriel envoyé à tous les bénévoles:

Nous avons eu une très bonne participation aujourd’hui, au début de cet automne chaud et humide. Ici [photo ci-dessus] est le jeune Tom, un voisin montrant les houblons naturels qui poussent dans les zones humides près de Sunnyside. Nous voyons aussi Simon, notre ainé de la communauté autochtone, qui a béni le site et notre travail lors d’une cérémonie de purification [photo de droite].

Nous avons désherbé le cynanche et Sandy a apporté beaucoup de plantes et d’arbustes apportant de la vie, particulièrement sur le côté est du site, le long de la place Bronson.

J’étais ravi que le cynanche ne soit pas trop évident dans les quenouilles des zones humides. Nous avons coupé plusieurs érables du Manitoba, arbre envahissant, pour permettre la croissance des noyers qui ont été semés naturellement, probablement par des écureuils.

Notre site est florissant. Nous pouvons nous attendre à ce que ce travail se poursuive avec l’équipe de bénévoles travaillants et compétents qui continuent de s’occuper du site avec diligence.

Comme il en est évident d’après les descriptions et les histoires racontées par Declan dans le journal local, de nombreuses personnes sont impliquées dans ce projet. Les résidents sont très engagés : ils reviennent chaque année pour planter et arroser les plantes, et pour ramasser les déchets au besoin. Ces événements rassemblent des gens d’affaires, des scouts, des groupes scolaires et des dignitaires – et le site est béni par l’ainé, Simon Brascoupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *